L’OTAN critique la Russie pour avoir tiré un missile sur un satellite

L’OTAN a publié une déclaration condamnant la Russie pour ce que le bloc dirigé par les États-Unis a qualifié de « test irresponsable de missile anti-satellite ». menée plus tôt cette semaine, affirmant qu’elle « augmente considérablement le risque pour la vie humaine ».

Dans le meme genre : Cadeaux pour votre golfeur préféré : les meilleurs choix de golf eBay de Chelsea

Mardi, le ministère russe de la Défense a confirmé avoir effectué un test de missile qui a touché et détruit un vieux satellite de reconnaissance de type Celina-D de l’ère soviétique, inutilisable, qui était en orbite depuis 1982. La Russie l’a qualifié d’important pour la sécurité du pays  » dans la sphère spatiale et au sol. »

Cependant, selon l’OTAN, la frappe de missile était « imprudente » en raison des débris qu’elle a provoqués.

A lire en complément : Toyota suspend sa production à l'usine de Sorocaba et réduit ses activités à Porto Feliz

« Les actions de la Russie démontrent un comportement irresponsable et mettent en danger la sécurité, les intérêts économiques, scientifiques et commerciaux de tous les pays et acteurs cherchant à explorer et à utiliser l’espace à des fins pacifiques », a déclaré le bloc dans un communiqué vendredi, affirmant également que il « contredit directement » l’opposition de la Russie à « l’armement » de l’espace.

La déclaration de l’OTAN fait écho aux préoccupations exprimées précédemment par les États-Unis. Lundi, avant la déclaration officielle de la Russie, le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, a suggéré que l’explosion augmentait le risque pour « les astronautes et les cosmonautes à bord de la Station spatiale internationale ».

« Le comportement dangereux et irresponsable de la Russie met en péril la durabilité à long terme de l’espace », a déclaré Price.

Les suggestions selon lesquelles le test pourrait mettre en danger la vie des astronautes ont été entièrement rejetées par la Russie, qui a insisté sur le fait que « les fragments résultants ne représentaient pas et ne constitueront pas une menace pour les stations orbitales ».

« Dans le passé, des tests similaires dans l’espace ont également été effectués par les États-Unis, la Chine et l’Inde », a noté le ministère de la Défense.

(RT.com)